En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer du service «Ma sélection»

Edito

La Bibliothèque de la conservation du musée d’Orsay

La Bibliothèque a constitué son fonds il y a un peu plus de 30 ans, peu avant l’ouverture du musée. Rattachée à la partie scientifique, en relation avec la Documentation, son fonds est spécialisé sur les artistes et mouvements artistiques de la deuxième moitié du 19e siècle et début 20e siècle, à l’instar des collections du musée.

Fonds patrimonial, éditions contemporaines, les collections de la Bibliothèque reflètent l’activité du musée avec notamment les acquisitions de catalogues d’expositions du monde entier en relation avec les commissariats et les prêts d’œuvres.
Le fonds s’enrichit également en fonction des recherches spécifiques autour de thématiques développées par les conservateurs du musée d’Orsay.

La Bibliothèque, lieu d’évolution

Nous sommes à une période charnière où les usages numériques modifient notre appropriation au savoir, où les pratiques des chercheurs se transforment.
La Bibliothèque scientifique du musée d’Orsay a aussi la mission d’accompagner ces profonds changements.

Véritable valeur ajoutée pour mieux comprendre cette période, le fonds de la Bibliothèque est une « mine de connaissance » sur la période couverte 1848-1914.
Les bibliothécaires, par leur travail de catalogage, d’indexation, d’analyse des ouvrages, participent activement à l’amélioration des résultats de recherche en affinant les notices du catalogue informatisé et en y intégrant de nouvelles données (ajout de sommaire, de résumé, de liens vers des sites extérieurs). Cependant cet outil reste encore d’un usage trop réservé. Il devient nécessaire d’en révéler l’existence auprès du public par l’utilisation de nouveaux moyens d’information, notamment par le site bibliographique tel que nous l’avons constitué pour l’exposition Sade.

Au delà des chercheurs en histoire de l’art, le site de ressources documentaires s’adresse à un public plus large. Par sa présentation et son contenu - résumé, feuilletage -il propose des informations pertinentes provenant de sources sûres, un prolongement à la visite de l’exposition.

La construction du site de ressources documentaire Sade, Attaquer le soleil

Annie Le Brun est très vite venue fréquenter la Bibliothèque. Elle a consulté bon nombre de nos ouvrages et nous a fait des propositions d’acquisitions. Il a semblé intéressant de faire partager toutes ces convergences de savoir afin de les diffuser plus largement.

Avec l’équipe d’Electre, nous avions déjà abordé les questions de structuration de l’information, de web sémantique, de métadonnées... L’opportunité a été d’utiliser leur savoir-faire - site bibliographique déjà conçu pour d’autres thèmes comme Serge Paugam ou Argentine - afin de mettre en valeur les ressources liées à l’exposition Sade, attaquez le soleil.

L’expérimentation de ce nouvel outil documentaire autour de l’exposition permet - outre le fait de mettre en valeur le fonds livresque de la Bibliothèque - de lier des ressources externes, sonores et audiovisuelles, dans un périmètre énoncé par Laurence Des Cars, co-commissaire de l’exposition, du « [comment] la question de l’influence souterraine de la pensée de Sade rend compte des grands bouleversements plastiques du 19e siècle et de toute une partie du 20e »

Le site, un projet fédérateur

Rien n’aurait vu le jour sans l’immense connaissance d’Annie Le Brun et sa grande générosité à nous faire partager la richesse de Sade ; elle a suscité l’élaboration de ce site de ressources documentaires, qui lui est dédié.

Bien entendu, ce projet n’aurait pas pu exister sans le soutien de Guy Cogeval, président de l’établissement public du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie et de Laurence Des Cars, directrice de l’Orangerie et co-commissaire de l’exposition.

Xavier Rey a été un appui considérable à la réalisation de ce projet.

Travailler sur un tel projet implique une partie des services du musée. Je remercie particulièrement pour leur disponibilité, enthousiasme et conseils :

  • Annabelle Mathias (Documentation)
  • Ingrid Fersing (Service des expositions)
  • Amélie Hardivillier, Marie Dussaussoy, Michaël Caucat (Service de la communication)
  • Françoise Le Coz (Service Internet)
  • Luc Bouniol-Laffont, Laurence Imbert (Service culturel)
  • Delphine Crocq (Département des publics et de la vente)
  • Michaël Chkroun (Service financier)
  • Patrice Schmidt, Sophie Beogly (Atelier photographique)

Une attention toute particulière va à Véronique Beauregard et Helena Patsiamanis, piliers incontournables de la Bibliothèque.

L’érudition de Jean-Marc Argaut et la communication de ses recherches ont été une aide précieuse et constante.

Fruit d’une longue collaboration avec Electre en la personne de Françoise Coppa et celle de Laurent Dervieu, c’est grâce à nos échanges, à leur enthousiasme que le projet est né et a été porté avec conviction.
Muriel Rainon a œuvré durant toute la construction de ce projet ; elle en a été le lien, l’écoute, le conseil et l’acteur avec une remarquable constance.

Tous mes remerciements s’adressent également à Bruno Malinaud et toute l’équipe de la librairie RMN-GP du musée d’Orsay pour leur collaboration.

Je ne saurai dire toute ma gratitude à mes fidèles amies, Laurence Martin-Brenneur et Marie-Sophie Vincent-Clémot, qui m’accompagnent sur tous mes projets.

Agnès Marconnet
Responsable de la bibliothèque de conservation